Une analyse en temps réel de l’utilisation variable du « il » explétif en français montréalais

  • Le français parlé à Montréal permet l’omission de l’explétif avec les verbes non météorologiques (Miller et Monachesi 2003, Rizzi 1986), voir (1). Dans cet article, nous étudions l’utilisation variable de l’explétif il, catégoriquement réalisée [i] à Montréal, sur une période de 40 ans. Nos résultats montrent un changement vers l’omission de l’explétif, un résultat similaire à Widera (2017) pour Orléans, France.

    Les données proviennent de deux corpus recueillis en 1971 (Sankoff et coll. 1976) et 2012 (Blondeau et coll. 2012). Notre analyse est basée sur 3301 occurrences (2483 de 1971 ; 1180 de 2012) impliquant les verbes impersonnels les plus fréquents (falloir, sembler et rester). Chaque occurrence a été codée selon l’usage de il (présence/absence), des facteurs linguistiques (identité lexicale, type de proposition, temps, polarité) et extralinguistiques (sexe, âge, statut socioéconomique). Les données ont été analysées à l’aide de GoldVarb X.

    L’analyse des données de 1971 suggère un changement en cours vers l’omission de l’explétif : les jeunes Montréalais favorisent l’omission, alors que les plus âgés la désavantagent. La comparaison des résultats globaux obtenus en 1971 et 2012 confirme cette évolution en temps réel : 45% d’omission en 1971 contre 64% en 2012.
    Les études antérieures (Fonseca-Greber 2004, Zimmerman & Kaiser 2014, Culbertson & Legendre 2014) ont montré que la fréquence du verbe et les principales favorisent l’omission du il. Nos résultats confirment que l’omission du il explétif est favorisée par falloir (plus fréquent), les principales, et la polarité négative. Par ailleurs, elle est désavantagée en présence de l’auxiliaire avoir et celle du complémenteur que dans une complétive.

    Bien que l’utilisation de l’explétif soit soumise aux mêmes contraintes linguistiques en 1971 et en 2012, nos résultats montrent que les plus fortes augmentations des taux d’omission se retrouvent dans les contextes les moins favorables, indiquant un changement vers une omission catégorique.

 

Leave a Reply

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.