Traduction des contes berbères d’Afrique du Nord par René Basset

    • Présentatrice(s) ou présentateur(s)

    La communication portera sur la traduction des contes berbères d’Afrique du Nord, à l’époque coloniale, par René Basset. Nous tenterons de définir comment la traduction des contes amazigh (berbères) vers le français a contribué à fabriquer le mythe berbère qui voulait que l’on distingue le Berbère de l’Arabe pour mieux les opposer. La formation de préjugés favorables aux Berbères et particulièrement aux Kabyles (berbérophones de l’est de l’Algérie) avait pour but de créer des divisions parmi les indigènes pour asseoir une idéologie coloniale basée sur le principe de diviser pour régner (Merolla, 2006 :29).

    Nous comptons procéder à une analyse textuelle et paratextuelle des textes en langue vernaculaire et ceux en langue arabe traduits vers le français par René Basset. Le but étant de ressortir le projet de traduction qui, selon nous, consiste à rapprocher davantage la tradition berbère de la tradition occidentale pour mieux l’éloigner de la tradition arabe.

    Les Amazigh ou Berbères sont un groupe ethnique autochtone d’Afrique du Nord. On estime leur nombre dans le monde à 40 millions (la plus grande partie se trouve au Maroc et en Algérie où le berbère est une langue officielle au même titre que l’arabe).

    La question berbère est à nouveau mise au devant de la scène à la faveur de la contestation contre le pouvoir qui secoue l’Algérie depuis le 22 février 2019. En effet, la presse algérienne et internationale rapporte qu’une trentaine de personnes ont été interpellées et mises en détention préventive, en juin 2019, pour avoir brandi le drapeau amazigh (berbère). Dans une tentative de diviser le mouvement, le pouvoir algérien reprend le vieux laïus : Kabylie contre Algérie, Kabyles contre Arabes. Il est donc pertinent de revenir aux origines de cette spécificité berbère et de mettre en lumière le rôle qu’a joué la traduction des contes dans l’émergence de cette spécificité.

    Les revendications identitaires de la minorité linguistique berbère, longtemps ignorées et réprimées, représentent à ce jour une question très sensible en Afrique du nord notamment en Algérie, où est né le MAK (Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie). À l’instar des indépendantistes catalans, ce mouvement fondé en 2001 œuvre pour l’indépendance de la Kabylie.

    Référence bibliographique :

    MEROLLA, Daniela (2006). De l’art de la narration tamazight (berbère).Paris-Louvain : Éditions Peeters.

     

 

Leave a Reply

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.