Norme éthique et rapports de pouvoir dans le consentement à l’enquête de terrain

    Par : La Fabrique sociale du langage

    Mots-clés : éthique, ethnographie, sociolinguistique, consentement éclairé, rapports de pouvoir, recherche collective

    Contrairement à la situation au Canada où le débat éthique est établi depuis longtemps dans le domaine des études sur le langage, en France, nous avons eu peu de formations à l’éthique de la recherche en tant que jeunes chercheur·ses intéressé·es par la « fabrique sociale du langage ». Élevée en norme pour les besoins de la recherche biomédicale et plus largement positiviste, la problématique du »consentement éclairé » des enquêté·es n’est pas réglementée, si ce n’est par des formulaires obligatoires uniquement sur certains types de terrain, comme ceux où les enquêté·es sont des personnes mineures scolarisées.
    Ce manque de formations et de moyens nous a conduit·es à un dialogue fructueux entre jeunes chercheur·ses : comment négocie-t-on le consentement sur nos terrains ?Adopter un modèle unique rentre souvent en décalage avec les propres normes éthiques du groupe enquêté, révélant que les formulaires de consentement visent plutôt à protéger les chercheur·ses et leur institution plutôt que les enquêté·es (Bosa, 2008). Notre expérience montre que l’obtention du consentement est un processus qui se déroule tout au long de l’enquête à travers les relations qui se nouent dans les interactions entre chercheur·ses et enquêté·es. C’est pourquoi nous nous inscrivons dans une conception du consentement qui soit à la fois « interactionnelle »(Mondada, 2001) et « relationnelle »(Boucherie, 2019).
    Dans cette communication collective, nous retracerons ensemble le fil de ces réflexions articulées autour d’expériences communes. La sensibilité potentielle des données et l’enjeu du maintien de l’ethnographe sur son terrain confèrent une importance particulière à la problématique du consentement, avec des enjeux de pouvoir dont la gestion est complètement différente d’une situation à l’autre. Nous nous interrogerons sur les frontières du juridique, qui ne correspondent pas nécessairement à celles de ce que les enquêteur·ices considèrent comme un comportement éthique. Ce sont enfin des questions liées à l’usage d’un langage et d’une posture académiques, véhiculés majoritairement par écrit, dont la prétention à « éclairer » le consentement peut être vécue comme une forme de domination sur le terrain et les enquêté·es. Nous identifierons les problèmes et les stratégies pour y répondre à partir de deux expériences partagées, celles de terrains institutionnels, et de terrains associatifs et militants.
    Bibliographie
    •Bosa, B., (2008), A l’épreuve des comités d’éthique. Des codes aux pratiques. In Bensa, Aet al, (dir.),Les politiques d’enquête,Paris :La Découverte « Recherches », 205-225
    •Boucherie, A. (2019), Troubles dans le consentement. Du désir partagé au viol :ouvrir la boîte noire des relations sexuelles, Paris : Éditions François Bourin.
    •Cameron, D., Frazer, E., Harvey, P., Rampton B.et Richardson, K., (1993), Ethics,Advocacy andEmpowerment: Issues of Method in Researching Language, in Langage &Communication, Vol. 13, No. 2, p. 81-94.
    •Cefai, D. et Costey, P., (2009), Codifier l’engagement ethnographique ? Remarques sur le consentement éclairé, les codes d’éthique et les comités d’éthique, La vie des idées, https://laviedesidees.fr/Codifier-l-engagement.html, consulté le 03 juillet 2020.
    •Garrido Sardà, M. R., (2020), Negotiating ethics: between contractual forms and collaborative reflection, Chroniques du terrain, https://www.chroniquesduterrain.org/questionner/negotiating-ethics-between-contractual-forms-and-collaborative-reflection, consulté le 03 juillet 2020.
    •Mondada, L., (2001), L’entretien comme événement interactionnel. Approche linguistique et conversationnelle in Thibaud, J.-P., Grosjean, M. (dir.), L’espace urbain en méthodes,Marseille: Parenthèses, 197-214.
    •Plankey-Videla, N., (2012),Informed Consent as Process:Problematizing InformedConsent in Organizational Ethnographies, in QualitativeSociology, vol. 35, p. 1-21

 

Leave a Reply

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.