Lire l’uchronie comme un jeu: le cas de « Mes vrais enfants » de Jo Walton

  • Dans Mes vrais enfants (2014), l’autrice Jo Walton met en scène Patricia Cowan, une Britannique de presque 90 ans, qualifiée de « très confuse » par le personnel de son hospice. Celle-ci se rappelle avoir vécu deux vies distinctes. À un certain moment de sa vie, vers 1949, Mark lui demanda de l’épouser, c’était « maintenant ou jamais ». Les réponses de Patricia créent deux chronologies distinctes (celle du « maintenant » et du « jamais ») où non seulement « ses vies » seront altérées, mais aussi le cours de l’histoire du XXe siècle. Tout fonctionne comme si ses deux réponses distinctes avaient étendu leur performativité au macrocosme de l’histoire. À l’aide d’une approche ludique, nous verrons comment s’opère, dans cette uchronie, le renversement inusité des niveaux dramatiques (les vies de Patricia qui modifient l’histoire récente) et problématiserons la notion de performativité de l’énoncé, notamment à travers la remise en cause du principe de causalité.

    L’uchronie autorise l’exploration d’un univers non advenu, une chronologie alternative où au moins un événement est altéré. Cette fiction d’un « non-temps » ou d’un temps autre que l’on qualifiera de « texte brisé », pour reprendre les termes de Richard Saint-Gelais, établit une co-construction entre altérations fictionnelles et références historiques, co-construction qui est primordiale d’analyser, me semble-t-il, comme un jeu avec ses règles implicites et dévoilées. En effet, tout porte à croire qu’à travers un pacte de lecture commun aux textes uchroniques, scellant le rapport de connivence entre l’auteur et le lecteur, se dévoile le contrefactuel à travers le clin d’œil, l’allusion ou encore l’ironie. Ces « règles du jeu », une fois comprises et acceptées, permettent entre autres choses une recontextualisation ou une autre compréhension des faits et, en ce qui a trait à Mes vrais enfants, une reconfiguration des notions de choix, de performativité et d’histoire.

     

    Bibliographie (provisoire) :

    Culler, Jonathan. « Philosophie et littérature : les fortunes du performatif »,in Littérature, 2006/4 (n° 144), p. 81-100. DOI : 10.3917/litt.144.0081. URL : https://www.cairn.info/revue-litterature-2006-4-page-81.htm

    Deluermoz, Quentin et Pierre Singaravélou. Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et

    futurs non advenus. Paris : Seuil. 2016.

    Lavocat, Françoise. Fait et Fiction. Pour une frontière. Paris : Seuil. 2016.

    Saint-Gelais, Richard. « Quelques avatars de l’advenu : excursions en uchronie ». in L’Empire du pseudo.

    Modernités de la Science Fiction. Québec : Nota bene, 1999.

    Walton, Jo. My Real Children. New York : Tor Books. 2014.

     

 

Leave a Reply

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.