Le temps: apports et contraintes d’une construction sociale

    • Présentatrice(s) ou présentateur(s)

    Penser la réalité apparaît indissociable d’une prise en compte de sa temporalité. Cette évidence s’impose si fortement que le sentiment de son accélération apparaît comme une contrainte objective de nos sociétés modernes (Rosa, 2010). Signe d’ailleurs de notre temps, nombreux sont ceux qui cherchent aujourd’hui à s’en libérer : de la ville norvégienne de Sommarøy à ceux qui s’inscrivent dans le slow movement.

    Le temps se glisse ainsi jusque dans les équations de la physique, prenant le plus souvent la forme d’une variable a priori innocente : t. En ce domaine, le temps reste pourtant une énigme. Depuis la proposition d’une théorie de la relativité, les questions sur la nature et sur l’existence du temps sont ouvertement posées par des physiciens comme Carlo Rovelli (Rovelli, 2014). D’autres, comme Étienne Klein, se demandent même s’il appartient à la physique de résoudre cette question.

    Pendant ce temps, confronté à notre incompréhension du temps, l’imaginaire fertile des réalisateurs de fiction, de Back to the futur à Arrival, viennent construire sur nos représentations les intrigues les plus spectaculaires.

    Face aux difficultés que présente cette notion et dans le cadre de mes recherches sur une notion en sociologie qui présente des problématiques similaires : le social, ma communication cherchera à montrer comment la production d’une expérience langagière et symbolique partagée pour signifier l’existence du temps, peut être à la fois socialement déterminante et problématique – qu’il s’agisse de produire un sens subjectif du monde ou d’organiser les actions d’un ensemble d’acteurs sociaux (Gell, 1992; Bourdieu, 2012; Berger & Luckmann, 2018). En d’autres termes, que s’interroger sur le temps, revient à s’interroger sur les effets d’une action d’énonciation qui est tout à la fois une expérience et qui, parce qu’elle lie l’expérience à l’action, produit une définition de la réalité qui en est tout autant la normalisation.

     

    Bibliographie :

    Berger, P. L., & Luckmann, T. (2018). La construction sociale de la réalité. Malakoff: Armand Colin.

    Bourdieu, P. (2012). Sur l’État : Cours au Collège de France, 1989-1992. Paris: Raisons d’agir : Seuil.

    Gell, A. (1992). The anthropology of time : Cultural constructions of temporal maps and images. Oxford, Eng.: Berg.

    Rosa, H. (2010). Accélération : Une critique sociale du temps. Paris: La Découverte.

    Rovelli, C. (2014). Et si le temps n’existait pas? (É. Brune, Trad.). Paris: Dunod.

    Sources internet :

    – La petite île norvégienne de Sommarøy veut abolir la notion du temps. Url : https://www.ulyces.co/news/cette-ile-norvegienne-veut-abolir-la-notion-de-temps [Consulté le 30 Septembre 2019].

    – Le physicien Étienne Klein, dans une interview sur le média français Thinkerview, se demande si la physique est la meilleure discipline pour répondre à la question du temps. Url : https://www.youtube.com/watch?v=KIwtT8cAAKI [Consulté le 30 Septembre 2019].

     

     

 

Leave a Reply

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.