Genre et joute oratoire en arabe marocain

    • Présentatrice(s) ou présentateur(s)

    La question du genre au sein de la société marocaine se meut en parfaite dépendance avec nos pratiques linguistiques et notre patrimoine culturel qui domine le chant populaire, le folklore et les proverbes. Ces derniers dénotent des représentations culturelles sous-jacentes aux mécanismes du processus cognitif du Marocain. Les pratiques langagières attestent un ensemble de signes iconique, symbolique et indiciel qui sont ancrés et liés à la vie sociale à travers la parole proverbiale.
    Nous avons choisi l’étude de l’homme par le biais de la parole proverbiale de la femme. Ce choix nous permet de cerner, en premier lieu, les caractéristiques de l’oralité proverbiale qui, tout en restant le produit de l’observation et de l’expérience, soit de l’individu soit de la communauté, porte directement sur l’Homme et de construire, en deuxième lieu, un discours inclusif permettant de visibiliser la pluralité. Bien de plus, le sens du proverbe dépasse la structure linguistique. Il aide la mémoire à appréhender la signification par le recours à une métaphore liée à nos activités quotidiennes : hache, tonneau, faucille, chameau…Après avoir collecté et classifié des proverbes, nous avons bien compris que l’acte oral et l’identité féminine sont le noyau de notre mémoire.
    Dans ce contexte, nous souhaitons examiner, sous forme de parémiologie, des images constellées par des qualificatifs accordés au Marocain par la concitoyenne marocaine, phénomène présent dans bien d’autres langues, et auquel nous avons été confrontés lors de nos travaux sur les attributs de la femme à l’égard de l’homme dans la culture marocaine. Attributs qui circulent lors de la rencontre des femmes sur des scènes variées : au marché, au hammam « bain maure », au café, lors des fêtes…
    Depuis longtemps, ce territoire masculin exploré discrètement par la femme, à l’aide de proverbes, nous mène à des interrogations : Quelle image, parfois conspiratrice, porte la femme à l’égard de l’homme ? Et pourquoi de tels attributifs, à fleurets mouchetés, d’ordre familial, physique et sexuel et même péjoratif, sont collés à l’homme ?
    Sur un ensemble de presque 1000 proverbes relevant tous de la culture marocaine, et traduits en langue française, nous essayons de dessiner l’image que la femme marocaine, citadine et/ou rurale, a pu forger pour octroyer à son protagoniste, et à l’insu de ce dernier, un reflet qui réinvente et revit sa présence, son essence et son savoir longtemps dissimilé.
    Nous voudrions explorer cette question de la présence féminine dans l’ensemble de la production culturelle de la joute oratoire. Ce culturel, parfois érotique, parfois cultuel et parfois métaphorique se devrait de démontrer la compétence langagière enfouie dans le for intérieur de la femme marocaine.
    Ainsi, le résultat ne peut être qu’une forme-sens originale. L’homme marocain se trouve sculpté par un nombre illimité de proverbes qui sont animés, partagés, hérités d’une génération à génération dans une littérature souvent orale. Dans ce sens, tous les cas de figure sont envisageables et on pourrait, par conséquent, traiter la mise en considération de la déconstruction et de la reconstruction de la question du genre à travers le langage en arabe marocain.

    Bibliographie
    – ANSCOMBRE, J-C., (1994). « Proverbes et formes proverbiales : valeur évidentielle et argumentative », Langue française, no 102, pp. 95‑107.
    – JAAFAR, H., (2016) : « L’arabe marocain : vocabulaire et alliance féministe » Espagne, coleccion Actas CD, Madrid , VI congreso de arabe marroquí : identidad y conciencia linguística ,pp.315-327 ;
    – KLEIBER, G., (2000). « Sur le sens des proverbes », In: LANGAGES, 34ᵉ année, n°139, La parole proverbiale, sous la direction de Jean-Claude Anscombre, pp. 39-58.
    – NAJJI, M., A. SABIA, et S. AMRANI, éd., (2001). À la croisée des proverbes. Publications de la Faculté des Lettres, N° 50, Série Études et séminaires ; N° 14, Oujda: Université Mohammed Premier, Faculté des lettres et des sciences humaines, 165p.
    – TAIFI, M., (2001). « La parole proverbiale: Notion universelle et forme différentielle », In À la croisée des proverbes. 50. Oujda. pp.79-91.

 

Commenter

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.