Et si on diffuse le patrimoine sociolinguistique de l’arabe marocain?