Analyse comparative de la terminologie des médias sociaux: contribution des domaines de la communication et de l’informatique à la néologie

  • L’objectif de cette étude est d’observer par quels mécanismes les néologismes sont créés dans un domaine spécialisé récent : les médias sociaux. Ces plateformes ont pris une place importante dans nos vies et dans la société en général au tournant de 2010. C’est une vitrine de choix pour observer les mécanismes mis en œuvre dans la création de nouvelles unités lexicales. L’étude s’appuie sur l’analyse de deux corpus de textes qui traitent des médias sociaux : un du point de vue des experts de la communication, l’autre du point de vue des experts de l’informatique. Ces points de vue ont été privilégiés, car la communication considère tout ce qui a trait au contenu des médias sociaux et de ce qui en ressort, alors que l’informatique aborde leur fonctionnement. La combinaison de ces deux points de vue offre une meilleure diversité dans la terminologie du domaine. Grâce à la méthode lexicométrique et au logiciel TermoStat (Drouin 2003), les termes du domaine ont été compilés et les néologismes ont été recueillis par la méthode du corpus d’exclusion. À chacun de ces néologismes a été apposé une étiquette décrivant par quel procédé de néologie il s’est formé. La typologie des néologismes privilégiée pour l’analyse est celle de Dubuc (2002). La comparaison des deux corpus révèle les contributions respectives de la communication et de l’informatique à la création de termes reliés aux médias sociaux ainsi que les procédés néologiques les plus fréquemment utilisés dans la terminologie de ce domaine.

 

Leave a Reply

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.