« Temps, en avant ! » ? Une Russie rétrograde dans la pièce de Valery Petcheikin

    • Présentatrice(s) ou présentateur(s)

    Le temps est rarement linéaire dans l’histoire de la Russie. Un saut incroyable en avant peut être suivi par une période de stagnation ; mais parfois aussi par un retour en arrière, surtout quand les droits humains sont concernés.

    La période qui a suivi la dissolution de l’URSS a été marquée par l’adoption de principes sociaux progressifs, et en 1993, les relations sexuelles entre hommes ont été décriminalisées.

    Cependant, en 2000 Vladimir Poutine devient président, et graduellement, il promeut son idéologie basée sur le retour aux « valeurs traditionnelles » centrées sur la « famille nucléaire ». En 2013, cela a mené à la création d’une loi contre la propagande de relations « non-traditionnelles » parmi les mineurs. Pour la journaliste et auteure Macha Gessen, l’augmentation exponentielle des crimes haineux envers la communauté LGBTQI+ et des violations de droits humains renvoie à une « vision de l’histoire tournée abruptement en arrière » .

    Cette présentation se concentre sur une pièce de théâtre écrite par l’écrivain russe contemporain Valery Petcheikin en 2011 nommée « Temps, en avant ! ». Cette pièce dystopique présente une Russie moderne où le temps est forcé à retourner en arrière, en ramenant les morts à la vie et les vivants – aux utérus de leurs mères. Écrite par un auteur ouvertement gay, cette pièce est apparue à un moment où de grands espoirs pour le changement existaient, dont elle a prévu le bout inévitable. Elle illustre la vue commune de l’histoire russe contemporaine comme « arriérée » et « reculant ». En utilisant la méthodologie de queer theory, cette recherche met aussi en lumière la façon d’opposer le discours hétéronormatif dans l’écriture de Petcheikin.

 

Leave a Reply

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.