« Un nouveau chant tragique sur la persécution » : les chants liturgiques huttérites, gardiens de la mémoire collective

    • Presentation speakers

    Les Canadiens d’origine germanique forment environ 9% de la population canadienne. On l’oublie souvent, certains groupes religieux anabaptistes contribuent également à ce nombre. Amish et Mennonites sont relativement bien connus au sein de la population canadienne ; les Huttérites, qui forment un troisième groupe anabaptiste, le sont peut-être moins, mais leur prospérité économique et leur autosuffisance n’en ont pas moins attiré l’attention de chercheurs de diverses disciplines.

    Arrivés d’Europe vers 1874, les Huttérites ont établi plusieurs colonies aux États-Unis et au Canada et ont comme langue maternelle un dialecte allemand d’origine autrichienne (Hutterisch). Ils maîtrisent également le haut-allemand (allemand standard), une langue au cœur de leurs pratiques religieuses, qui apparaît comme un vecteur de transmission des valeurs ancestrales, qu’elles soient d’ordre religieux, culturel ou historique. La transmission orale occupe une place importante au sein de la communauté huttérite, qui rejette l’idée de la sacralisation des objets : ainsi les mots et leur sens occupent une place bien plus importante à leurs yeux que le support matériel qui les transmet. Diverses pratiques religieuses et coutumes sont transmises par le biais de chants rédigés en haut-allemand et regroupés dans un recueil intitulé « Les chants des frères huttérites » (Die Lieder der Hutterischen Brüder), dont l’écriture remonte à la fondation de ce groupe, au 16e siècle. Ce répertoire de chants, fréquemment interprétés lors de cérémonies, renferme des textes relatant notamment divers événements historiques ayant eu lieu en Europe.

    Par l’analyse du chant « Ein neues, trauriges Lied von der Verfolgung », qui fait partie du recueil et écrit au 18e siècle, nous nous attarderons sur deux axes de cette œuvre: l’histoire et la religion. D’abord, nous mettrons de l’avant les évènements qui prédominent dans la mémoire collective et soulignerons ce qui pousse les Huttérites à se remémorer certains d’entre eux par le chant. L’aspect religieux du chant est aussi très présent : nous nous questionnerons donc sur la transmission de celui-ci en lien avec l’aspect historique. Comment s’articule un chant à la fois historique et religieux ? Quels thèmes mettent en commun histoire (la persécution des Huttérites à Vel’ké Leváre en Slovaquie) et religion (les analogies entre leur situation et certains passages bibliques), et de quelle manière celles-ci peuvent-elles aider à la pérennité de la mémoire collective de cette communauté religieuse et culturelle aujourd’hui confrontée aux nouveaux défis lancés par la mondialisation ?

 

Commenter

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *