L’habileté à reproduire un rythme et les effets de groupements : des liens avec la vitesse de lecture

  • Des études démontrent que l’habileté à percevoir et reproduire des rythmes est liée à la vitesse de décodage et au développement de la lecture (Holliman et coll., 2010a, 2010b; Tierney et Kraus, 2013). Cette relation est confirmée par des observations cliniques montrant que la dyslexie (trouble d’apprentissage de la lecture) tend à s’accompagner de déficits dans la réalisation de tâches rythmiques (Wolff, 2002; Muneaux et coll., 2004; Thomson et coll., 2006; Flaugnacco et coll., 2014). Suivant l’ensemble de ces résultats, la présente étude a pour objectif de mieux comprendre les facteurs sous-tendant la relation entre la reproduction de rythmes et le décodage du langage écrit, en manipulant cette fois différents groupements visuels dans des textes. L’étude se base en partie sur la méthode de Tierney et Kraus (2013). On demande à des participants d’effectuer des tâches de reproduction de cadences rythmiques, puis des tâches de lecture rapide de textes (impliquant des mots et des non-mots). Les résultats d’une première expérience (n=6) indiquent une corrélation entre la capacité à reproduire une cadence isochrone delta (1-3 battements par sec.) et la vitesse de lecture pour des non-mots en groupements visuels variables. Cette corrélation n’était pas présente pour un texte sans espaces, ce qui suggère un lien entre l’habileté à reproduire des rythmes et le décodage de groupements visuels. On présentera les résultats d’une deuxième expérience impliquant 30 participants, qui vise à déterminer plus exactement la relation entre les capacités de reproduction de rythmes et des groupements visuels de lettres dans des textes.

 

Commenter

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *