Interaction entre statut de cognat et congruence du genre chez le bilingue

  • Les modèles de lexique mental bilingue (Dijkstra, 2005; Kroll & de Groot, 1997) proposent un partage d’informations d’une langue à l’autre (en particulier de la langue maternelle, L1, vers la langue seconde, L2) en se basant, entre autres, sur l’effet de cognat (Costa, Caramazza & Sebastian-Gallés, 2000). Cet effet est démontré par la plus grande facilité des bilingues à produire un mot similaire dans leurs deux langues, soit à l’oral ou à l’écrit, par rapport aux mots ne se ressemblant pas (ex: « table » et « table » en anglais). Il soutient l’hypothèse que le niveau lexical du lexique mental, qui contient la forme du mot, est impliqué dans le partage d’informations. En ce qui concerne le genre grammatical, une propriété importante des noms dans beaucoup de langues, les études qui tentent de trouver une interaction entre les systèmes des genres grammaticaux chez les bilingues donnent des résultats contradictoires. Certaines études ont trouvé un effet de congruence du genre (par exemple, Salamoura & Williams, 2007) et d’autres non (par exemple, Bordag & Pechmann, 2008).

    Cette étude pilote a pour but d’investiguer la présence d’une interaction entre les systèmes du genre grammatical chez les bilingues roumain-français et de déterminer quels facteurs (présence ou absence de déterminants, statut de cognat, nombre) modulent cette interaction. Des bilingues roumain-français âgés entre 20 et 30 ans (N=11) ont participé à une tâche de dénomination d’images. Le groupe contrôle était constitué de monolingues francophones du même âge (N=8). Le niveau de langue de tous les participants a été déterminé par des questionnaires standardisés. Les participants devaient nommer, en français, 120 images qu’ils voyaient apparaître à l’écran soit avec le nom seul, soit avec un syntagme nominal du type déterminant plus nom. 60 images étaient au singulier et 60 au pluriel. Dans chaque groupe de 60, 30 images représentaient des cognats roumain-français et 30 représentaient des non-cognats. Le temps de réponse (TR) était enregistré. Les noms choisis pour les images ont été tirés de corpus en français et en roumain comportant la fréquence et la « neigborhood density » (pour le français) des noms.

    Les résultats ont montré un effet de facilitation de cognats statistiquement significatif (ANOVA) et des tendances vers un effet de congruence du genre et vers une interaction entre la congruence du genre et l’effet de cognat. Ces résultats indiquent la possibilité d’une interaction des systèmes du genre grammatical chez le bilingue et une implication du niveau lexical dans le partage d’informations grammaticales dans le lexique mental bilingue. Ces résultats seront discutés et des avenues futures, permettant de clarifier ces tendances, seront ébauchées.

 

Commenter

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *