Développer une connaissance active d’une langue seconde afin de bien traduire à partir de sa langue maternelle

  • Un traducteur doit faire preuve de nombreuses compétences afin de réussir. Parmi celles-ci figurent une connaissance active de la langue cible et au moins une connaissance passive de la langue source. Les traducteurs qui ne traduisent pas vers leur langue maternelle font donc face au défi d’acquérir une connaissance active de la langue cible. Au Canada, ceci est souvent le cas, à cause du nombre d’immigrants qui deviennent traducteurs. De plus, au Québec, les traducteurs qui travaillent du français vers l’anglais ne sont guère nombreux. D’autres se trouvent tout simplement dans une situation où leur travail exige la traduction vers une langue seconde. Comment un traducteur peut-il développer une connaissance active dans sa langue seconde ? Pour répondre à cette question, nous devons d’abord étudier comment on mesure la compétence linguistique et examiner ses composantes : les compétences passives de compréhension (écouter et lire) et les compétences actives d’expression (parler et écrire) propres aux traducteurs. Cela nous amène à réfléchir sur les connaissances implicites et explicites, et leur apprentissage. Les connaissances implicites (subconscientes, procédurales) se manifestent alors qu’on acquière de l’expérience de vie, tandis que les connaissances explicites (conscientes, déclaratives) résultent d’un enseignement structuré. À cet égard, je partagerai une expérience personnelle d’apprendre à traduire vers le français en tant qu’anglophone. Je présenterai quelques stratégies destinées à développer les compétences actives et explicites dans la langue seconde. Je fournirai également des lignes directrices pour choisir le type de textes qui conviennent au niveau de compétence linguistique active.


    SOURCES

    Campbell, Stuart (1998). Translation into the Second Language. Londres : Addison Wesley Longman Limited.

    Ellis, Rod, Shawn Loewen, Catherine Elder, Rosemary Erlam, Jenefer Philp et Hayo Reinders (2009). Implicit and Explicit Knowledge in Second Language Learning, Testing and Teaching. Bristol : Multilingual Matters..

    Laufer, Batia (1998). « The Development of Passive and Active Vocabulary in a Second Language : Same or Different? » Applied Linguistics, vol. 19, no 2, pages 255-271.

    PACTE (2011). « Results of the validation of the PACTE translation competence model ». Dans Alvstad, Cecilia, Adelina Hild et Elisabet Tiselius (éds.). Methods and Strategies of Process Research: Integrative approaches in Translation Studies. Amsterdam et Philadelphie : John Benjamins, pages 317-343.

    Schäffner, Christina (2012). « Translation Competence: Training for the Real World ». Dans Hubscher-Davidson, Séverine et Michal Borodo (éds.). Global Trends in Translator and Interpreter Training. Londres : Continuum International Publishing Group, pages 30-44.

 

Commenter

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *