Les archives patrimoniales, y aller par quatre chemins

  • Les usagers recherchent des archives patrimoniales par sujet mais l’accès offert dans les services d’archives est principalement par provenance (le créateur des documents) : il réside de ce fait un écart entre l’accès recherché et l’accès offert. Pour essayer de répondre à la demande des usagers, certains services d’archives proposent déjà des accès thématiques. Notre recherche se basera sur les instruments de recherche de ces précurseurs.
    Nous analyserons le vocabulaire employé pour décrire et indexer par sujet les archives patrimoniales, en d’autres termes, l’ensemble des mots et des relations sémantiques que ces mots entretiennent les uns avec les autres dans les documents dont ils sont issus (notices descriptives, index). Parallèlement, nous étudierons le vocabulaire des usagers présent dans les termes d’indexation collaborative (ou étiquettes, tags en anglais) et leurs questions de recherche. La réponse de l’archiviste de référence à ces questions contient un vocabulaire hybride et témoigne de son rôle de médiateur sémantique.
    De fait, notre étude couvrira une large partie de la chaîne documentaire entre les usagers et les archives patrimoniales qu’ils recherchent. La comparaison de ces vocabulaires fera émerger l’écart sémantique qui les sépare.
    Nous présenterons d’abord notre corpus constitué de quatre sections (termes de recherche, termes de description, termes d’indexation professionnelle et étiquettes), leur nature et leur source. Puis nous présenterons le type de prétraitement requis en fonction du type de terme et le type d’analyse que nous appliquerons dans notre recherche doctorale pour révéler l’écart sémantique présupposé.

 

Commenter

 

Your email address will not be published. Required fields are marked *