VocUM 2020 – Langage : norme et pouvoir

  • Appel à communications

    Nous avons le plaisir de vous inviter à soumettre une proposition de communication pour la 7e édition du colloque VocUM. Afin d’assurer la sécurité de l’ensemble de nos participantes et participants dans la foulée de la pandémie mondiale de COVID-19, celui-ci se tiendra virtuellement les 19 et 20 novembre 2020. VocUM est un colloque international annuel organisé par des étudiantes et étudiants de l’Université de Montréal de différentes allégeances disciplinaires liées au langage. Il s’agit du seul colloque multidisciplinaire montréalais consacré au langage.

    Le thème de cette 7e édition, Langage : norme et pouvoir, s’impose de lui-même étant donné la crise sanitaire actuelle. Les normes qui régissent la majorité de nos sphères d’activité sont bouleversées, ce dont témoignent nombre de transitions obligatoires : du présentiel au télétravail, de la salle de classe à l’enseignement à distance, des rencontres physiques à la communication virtuelle, de la proximité à la distanciation sociale. De même, les rapports de pouvoir se trouvent renversés ou exacerbés. Certains métiers historiquement peu valorisés et mal rémunérés (en hôpital, en épicerie, etc.) sont subitement jugés essentiels. Inversement, certains États, déterminés à avoir le dessus dans un contexte de pénurie, profitent de leur pouvoir déjà bien établi pour jouer des coudes sur le marché mondial des équipements médicaux. À travers tout cela, l’importance du langage se révèle à nouveau : dans les points de presse des autorités, qui doivent informer autant que rassurer, dans les médias sociaux, où éducation et désinformation se livrent une âpre bataille, dans nos vies quotidiennes, où la communication virtuelle devient notre seule forme de communion et de cohésion sociale.

    Cependant, la pertinence du présent thème ne se résume pas à la COVID-19. L’année 2020 sera aussi marquée par les 59eélections présidentielles américaines et par d’importants enjeux sociaux et médiatiques : les répercussions du mouvement #moiaussi (#metoo), les changements climatiques, Extinction Rébellion ou encore les polémiques liées aux fausses nouvelles (fake news). Dans tous les cas évoqués, le langage est à la fois vecteur et objet : la norme et le pouvoir s’expriment par le langage et le façonnent.

    Les liens qui unissent langage, norme et pouvoir ne sont cependant pas seulement le fait de la modernité. En Grèce antique, les sophistes enseignent déjà aux jeunes citoyens le bon usage, lequel constitue un moyen d’affirmer son statut politique et social au sein de la cité. Des siècles plus tard, la normalisation du langage, pilotée entre autres par l’Académie française, se fait au profit des usages et des croyances des classes dirigeantes. Par exemple, la règle selon laquelle le masculin l’emporte toujours sur le féminin se cristallise au XVIIe siècle, alors que les femmes sont exclues de la sphère publique. Ainsi, le langage est tout sauf neutre : se prononcer sur l’usage « correct » d’une langue, c’est réaffirmer la position d’une élite et marginaliser celles et ceux qui s’en éloignent.

    S’il a à maintes reprises joué un rôle de relais pour le pouvoir en place, le langage peut à l’inverse s’imposer comme un outil de subversion, un moyen de renverser la norme. En témoignent les luttes pour un langage plus inclusif et cohérent avec les revendications sociales actuelles. Aujourd’hui, les multiples réseaux sociaux représentent autant de potentielles tribunes qui permettent le relais de différents discours et opinions, que toutes et tous peuvent investir, sans considération pour leur milieu ou leur niveau d’éducation.

    L’édition 2020 de VocUM accueillera donc de multiples perspectives de recherche, au sein desquelles les liens entre langage, norme et pouvoir s’articulent de différentes façons. Nous accepterons les communications portant sur les normes d’usage linguistique, sur les outils langagiers par lesquels s’expriment les relations de pouvoir, sur les normes traductives, sur les canons littéraires et cinématographiques, sur les narratifs dominants, ainsi que, parallèlement, le(s) pouvoir(s) que ces différentes instances normatives servent. De même, les communications pourront se pencher sur des tentatives de subversion qui visent à déstabiliser les rapports de pouvoir au profit de communautés marginalisées sur la base de divers facteurs : sexe biologique, expression de genre, identité et orientation sexuelle ; classe sociale, profession et religion ; origine culturelle, appartenance ethnique et couleur de peau ; âge, état de santé, handicaps physiques et troubles de santé mentale. Traduction féministe, littératures postcoloniales, enseignement de langues minoritaires (orales et signées), aménagements linguistiques pour contrer la prépondérance de l’anglais sont autant d’exemples d’entreprises de subversion.  Sont également bienvenues les réflexions portant sur l’accessibilité et les liens qui unissent participation sociale, troubles langagiers et cognitifs, alphabétisation, maîtrise – ou non – de la langue officielle et méthodes de communication alternatives. Nous encourageons également les propositions de communication amenant à penser différemment l’éthique de la recherche universitaire dans le domaine du langage, ses dynamiques d’inclusion/exclusion et les rapports entre les spécialistes de la recherche et le groupe à l’étude. Les questions soulevées par l’abondance textuelle liée aux réseaux sociaux pourront aussi être abordées : nouveaux médias, fausses nouvelles, censure et liberté d’expression, anonymat, cyberharcèlement, réseaux comme incitateurs de mouvements politiques et sociaux, etc. Étant donné la richesse du thème, de nombreux autres angles d’exploration pourraient être envisagés.

    Les propositions qui concordent avec le thème de VocUM 2020 — Langage : norme et pouvoir seront privilégiées. Nous accueillons entre autres les horizons disciplinaires suivants :

    Acquisition L1/L2/Ln Linguistique légale
    Aménagement linguistique Littérature comparée
    Analyse du discours Littératures
    Communication Neurolinguistique
    Didactique Orthophonie
    Didactique des langues Philosophie du langage
    Ethnolinguistique Phonétique
    Herméneutique Politiques de traduction
    Histoire de l’art Pragmatique
    Histoire de la traduction Psycholinguistique
    Histoire des langues Sciences politiques
    Histoire du langage Sociolinguistique
    Informatique Sociologie
    Langues anciennes Terminologie
    Langues minoritaires Terminotique
    Langues modernes Traduction
    Lexicographie Traduction spécialisée
    Linguistique Traitement automatique du langage
    Linguistique appliquée Troubles du langage

    La tenue d’un colloque virtuel constitue un nouveau défi pour VocUM. Cet été, le comité organisateur déterminera les modalités exactes (plateforme, synchronicité, etc.), avec pour objectif de préserver toute la vitalité et la richesse des éditions passées. Le formulaire de soumission permettra d’ailleurs à nos éventuelles présentatrices et présentateurs d’exprimer leurs préférences par rapport au format des communications. Nous vous tiendrons au courant des modalités choisies et nous vous accompagnerons avec plaisir dans leur application.

    Les langues de présentation demeurent le français et l’anglais. Afin de résister à l’homogénéisation linguistique de la recherche scientifique, VocUM encourage toutefois la diffusion du savoir en français. De même, les recherches en études hispaniques ou en études allemandes pourront être présentées en espagnol et en allemand, respectivement. Les propositions d’étudiantes et étudiants du premier cycle seront également considérées.

    Les propositions, d’un maximum de 300 mots, doivent être soumises à l’aide du formulaire électronique accessible sur le site Web de VocUM. L’évaluation anonyme des propositions sera effectuée par un comité scientifique. Les communications, d’une durée de 15 à 20 minutes (à déterminer en fonction du nombre final de présentations), seront suivies d’une période de questions.

    Nous tenons à rappeler que ScriptUM, l’organe de diffusion de VocUM, est désormais ouverte à toutes et tous. Il s’agit d’une revue étudiante multidisciplinaire avec évaluation anonyme par les pairs. Le prochain appel à contributions sera lancé en mai 2020. Nous encourageons vivement les présentatrices et présentateurs de la 7e édition du colloque à garder en tête cette échéance et à soumettre un article portant sur les résultats de la recherche qui feront l’objet de leur communication lors du colloque. Vous pouvez en apprendre plus sur la revue et consulter les anciens numéros à l’adresse suivante : https://scriptum.vocum.ca/.

     

    Dates à retenir

    Date limite pour soumettre une proposition : 3 juillet 2020

    Avis d’acceptation des propositions : septembre 2020

    Colloque : 19 et 20 novembre 2020

    Pour plus d’informations : http://vocum.cainfo@vocum.ca